Di seguito il testo dell'allocuzione pronunciata dal Sottosegretario Gozi in occasione del conferimento del Dottorato Honoris Causa all'Università di Friburgo

Friburgo, 15 novembre 2017

Buongiorno a tutti i convenuti. Vorrei salutare in particolare e con sentita stima la rettrice dell’università di Friburgo, Signora Astrid Epiney, il Presidente del Comitato Internazionale della Croce Rossa, M. Peter Maurer, le Autorità cantonali, civili, religiose e accademiche presenti qui oggi.

C'est un grand honneur pour moi d'être ici aujourd'hui et de prendre la parole au nom des professeurs, le Père Michael Sievernich , M. Raghunandan et Jean-Claude Usunier .

Je voudrais remercier l'Université de Fribourg et ses facultés, notamment la Faculté des lettres, aussi au nom des collègues réputés qui m'accompagnent aujourd'hui.

C'est pour moi un grand honneur d'être nommé docteur honoris causa par cette université, en raison de son histoire, de ses valeurs, de sa renommée et de son projet d’avenir. Je voudrais ici rappeler l'ambitieux projet de s'ouvrir à de nouveaux champs de connaissance et d’accueillir toutes les disciplines universitaires.

C’est avec émotion que je me souviens de Luigi Einaudi, le premier Président de la République, qui dans les pages de son journal consacré à la Suisse raconte son passage dans ce campus, dans cette Aula Magna et évoque l'esprit constructif et vital de cette communauté académique.

Je suis heureux d'être ici en tant qu'Italien et membre d’un gouvernement européen. Je ne peux pas oublier que cette université a été et reste une référence fondamentale pour la Suisse italienne et pour les Italiens en Suisse, présents et nombreux à la fois dans les facultés et au sein du corps étudiant.

De surcroît, je suis heureux et honoré de recevoir le doctorat Honoris Causa d'une université bilingue français-allemand, mais aussi proche et attentive à la langue et la culture italiennes. Egalement, à ce titre, permettez-moi de vous faire part d’une conviction profonde. La culture et l’Université européennes auront toujours pour avantage d’être un puits de valeurs humanistes et critiques qui heureusement ne se comptabilise pas de manière financière. Ce qui me rends aussi fier, c’est que cette université est en Suisse, un pays ami de l'Italie, un pays qui, dans son plurilinguisme et dans sa vocation internationale pacifique, constitue une sorte de petite Europe. La Suisse, pays européen, partage toutes les valeurs démocratiques de l’Europe et, par conséquent, je me félicite que cette université contribue à l’essor des études européennes.

Pour toutes ces raisons, au nom des distingués Docteurs Honoris Causa, je remercie l'Université de Fribourg, son Rectorat, ses professeurs, ses collaborateurs scientifiques et administratifs et bien entendu ses étudiants. C’est avec joie que vous présente mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année académique de cette Université qui, à partir de ce 15 novembre 2017 est aussi devenue la mienne.